Chronique Paranoïa

Hello,

On se retrouve aujourd’hui avec une chronique de livre.

couv-paranoia-definitive_hd
Crédit photo : Melissa Bellevigne – Golden Wendy

Auteur : Melissa Bellevigne.
Éditions : Hachette
Collection : Black Moon.
Date de sortie officielle : mars 2016.
Langue : Français
Prix : 17€
Disponible sur Liseuse : OUI au prix de 11,99€ sur kobo
ISBN : 9782013976350

Je connais l’auteure Melissa Bellevigne par le biai de son blog « Golden Wendy« , j’adore son style, son univers et ses mots. A l’annonce de son roman – une fiction pensée depuis 7 ans par son auteure et sans rapport avec le blogging – j’étais surexcitée comme une puce. J’ai d’ailleurs pré-commandé le bouquin et reçu un extrait dédicacé (dédicace non nominative) avant la sortie du livre.

Il faut dire que le web facilite cette impression de connaître l’autre, à force de lire Mélissa, je me suis attachée à elle.

meillasa-bellevigne-paranoia
Crédit photo : Melissa Bellevigne – Golden Wendy

4ème de couverture :
Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.

Mon Avis :

Apparence de la 1ère de couverture

Cet ouvrage à la première de couverture colorée oscillant entre le rose et le violet. On y voit une femme vêtue de noir. Elle a ses mains sur ses yeux. Dans le fond de cette image, on peut remarquer une référence à Londres avec Big Ben.
Le titre Paranoïa fait référence à un trouble psychotique caractérisé par un sentiment de persécution, une méfiance soupçonneuse à l’égard des autres qui génère des délires.
Une phrase d’accroche : « L’une est la seule à le voir, l’autre est la seule à la croire ».

bellevigne-melissa
Crédit photo : Melissa Bellevigne – Golden Wendy

Style et histoire

Cette fiction aborde plusieurs thèmes en conservant un fil conducteur qui corresponds aux deux jeunes femmes (personnages principaux du livre). L’histoire est mystérieuse et envoûtante.

J’ai apprécié le style d’écriture de Melissa Bellevigne. Les mots sont bien choisis, facilement compréhensibles.
La plume de l’auteure est assez simple. Les chapitres plutôt courts. Elle apporte sa patte, un truc en plus qui fait LA différence. Ce bouquin est accessible malgré des passages « psychologiques » n’est pas lourd. L’histoire est bien ficelée, on voit qu’elle est travaillé et que Mélissa a fait des recherches pour permettre une certaine fluidité de lecture.

Personnages

Pas assez d’âme de personnages dans le style. Peut-être est-ce lié au fait que les personnages ne sont pas assez creusés selon moi.

Judy manque d’aspérité. L’auteure ne l’a pas assez caractérisée pour qu’elle puisse exister en tant que telle. Est-elle schizophrène ? En tout cas, elle ne souffre pas de Paranoïa comme l’indique pourtant le titre.

Lisa est une psychiatre qui m’a semblé assez peu professionnelle. Elle ne se place absolument pas en position en thérapeute. Elle a baissé sa garde face à une patiente considérée comme cas difficile et a obtenu trop rapidement les informations. Un bémol, le personnage n’est pas assez creusé. Je la trouve passive, en arrière plan. J’aurais apprécié connaître un peu plus ses sentiments, humeurs…

Le personnage de Paul m’intrigue mais manque de relief.

Alwyn est déconcertant, le fait qu’il soit adulte dès l’enfance de Judy m’a perturbé. Il m’a – dans un premier temps – fait pensé à un pédophile. Il a cependant réussi à me surprendre au fil de ma lecture par sa personnalité. Bizarrement c’est celui que je trouve le plus abouti. Après ma lecture je n’arrive cependant pas à savoir s’il existe ou est le fruit de l’imagination de Judy.

Le passage de Judy chez Emma du Maurier ou sa relation avec sa grand-mère ne sont pas abouti.

Pas convaincue par le parcours psychologique de Judy ni par le professionnalisme de Lisa.

marque-page
Les photographies de cet article appartiennent à Melissa Bellevigne & son visibles sur son blog  Golden Wendy

Impressions

J’ai lu ce roman sur ma liseuse après des soucis de colis, je me suis résignée à recevoir le format papier. Commencé lors de mes vacances à Capbreton en avril dernier. Ma lecture fut très étrange car entrecoupée et terminée le 21 mai. Je l’explique par la complexité de l’histoire proposée.

Ce livre a les défauts de ses qualités. A trop vouloir simplifier les thermes et les pathologies, je pense que l’histoire s’essouffle et perd en crédibilité. Ça manque de folie. Ce ne sont pas les troubles de Judy mais sa vie qui constitue l’histoire, je m’attendais à autre chose.

Beaucoup de question se sont posés à moi au cours de ma lecture, certaines sans réponse, je pense que l’auteure l’a fait exprès pour donner envie de lire un deuxième tome (au cas où).

Au niveau de l’intrigue, je suis divisée, j’ai eu du mal à me plonger dedans par moment, l’intrigue est prenante à d’autre. L’auteure a mit un bout d’elle dans ce roman, ça se ressent. Pourtant il y a, je trouve, trop de cassure dans le passage entre les personnages. Beaucoup de dialogues. Trop de place aux échanges (le genre de choses qui me dérange et me laisse perplexe car casse le rythme d’une histoire).

Les échanges tenus par les experts auraient pu être prononcés par une personne lambda, en tout cas j’aurais pu dire ces choses là. L’image donné par Mélissa des établissements psychiatriques me semble faussé ou incomplète ; ayant fait un BEPA Services aux personnes, j’ai eu l’occasion de toucher cet univers, je m’en étais fait une toute autre image.

La phrase d’accroche du livre n’est pas représentative selon moi de l’histoire. Je n’ai pas bien compris le choix du titre et de cette phrase. Peut-être suis-je la seule !?

Le côté fantastique de l’histoire est déroutante au point de me sentir perdue. Je n’arrive pas à démêler le vrai du faux, ça me fait des nœuds au cerveau – toujours plus.

Toutefois et contre toute attente (après ce que je viens d’écrire vous n’allez plus rien comprendre), j’ai globalement apprécié ce livre. S’il y a une suite, je pense que je la lirais par curiosité. Je reste frustrée par ce bouquin, je l’aime autant que je le déteste. Vous l’aurez compris, malgré des défauts qui ont entachés ma lecture, j’ai été happée par l’histoire (la plupart du temps). La lecture reste agréable, c’est donc un roman parfait pour un moment de détente en vacances !

Bravo Melissa, pour un premier roman il est réussi ! Il a au moins réussi à me dérouter 😉

▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲

Est-ce que ce roman vous tente ?
Si vous avez lu ce livre, qu’en avez-vous pensé ?
Avez-vous des livres à me conseiller ?
N’hésitez pas à me donner votre avis et des livres à me conseiller en commentaires !

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :
Hellocoton – TwitterFacebookInstagramPinterestInspilia – Bloglovin

A bientôt

Julie – Mademoiselle est jolie

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge