Au crépuscule de mes 24 ans.

Le 9 mars prochain, j’aurais 25 ans.

Je ne sais pas si vous vous souvenez de cet article « A l’aube de mes 24 ans« , je vous invite à le parcourir si tel n’est pas encore le cas. Je vous en parle car une lectrice m’a demandé où j’en étais un an plus tard. Je me suis dit que c’était le moment parfait pour répondre à cette question. Dans quelques jours, j’aurais 1/4 de siècle (voyez comme ça fait vieillot de dire la chose de cette manière), il est temps de faire un bilan.

Qui suis-je au crépuscule de mes 24 ans ?

 

Au crépuscule de mes 24 ans, je fais un nouveau bilan.

Je n’aime pas particulièrement les anniversaires, cela n’a pas changé. Pourtant j’ai invité mes proches pour un apéro dînatoire. Si tout va bien nous seront 12 dans notre petite maisonnée. Aucun ami n’est convié. Toujours cette rengaine : pas le temps, quelque chose de prévu, trop de boulot… Je les soupçonne de se sentir obligés de m’offrir un petit quelque chose. Humpf’ J’ai juste envie de profiter de ma famille. Ah vous avez dû relever le coup de la petite maisonnée. Sachez que je n’ai toujours pas quitté le domicile familial, en tout cas, j’en ai de plus en plus envie. J’adore ma mère, seulement, j’étouffe à être trop collée à elle. Il est temps de couper le cordon, je me sens prête !

Avant, je dois finir mon Diplôme Universitaire Carrières Territoriales en milieu rural, nom pompeux pour dire que je suis en formation de secrétaire de mairie. Je suis la plus jeune de la promotion, c’est assez étrange. A l’aube de mes 24 ans, je vous disais chercher LA formation qui me fait vibrer, à l’époque je faisait une fixette sur la communication. Que de chemin parcouru face à cette indécision permanente…

Je me suis lancée dans cette folle aventure. 5 mois intensifs de cours alternants avec des jours de stages. Beaucoup d’informations. Beaucoup de travail. Un examen au bout du tunnel avec dans un premier temps des remplacements au SPET et espérons-le un emploi stable à la clé !

Bien sûr, je n’attends pas un miracle. Je bosse dure. Et je me suis inscrite à des concours de la fonction publique pour forcer le destin. Si ça fonctionne tant mieux, sinon je ne me plaindrais pas. Je suis prête à contacter toutes les semaines ce fichu service de remplacement si nécessaire.

J’ai tellement envie de construire mon avenir. Je suis prête à prendre mon envol, déployer mes ailes et VIVRE !

Je ne regrette rien. Aucun intérêt le passé est passé et ne reviendra jamais. J’ai fait mes choix, qu’ils soient bons ou mauvais, je peux en être fière.

Peut-être que mes 24 ans sont un tournant dans ma vie d’adulte. On verra bien. Je le redis…Si ça marche tant mieux sinon je trouverais un autre moyen, un chemin détourné pour me réaliser.

🍋 🍋 🍋

Cet article touche à sa fin.

Pour me suivre sur les réseaux sociaux :
Hellocoton – TwitterFacebookInstagramPinterestInspilia – Bloglovin

Amicalement,

Julie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge